Dr Emile Chimusa Rugamika

AIMS South Africa 2008
Évaluer le caractère héréditaire des traits des maladies telles que la tuberculose et le VIH, à l’aide des données de séquences ADN

Après avoir obtenu une Licence scientifique en mathématiques appliquées à l’Université de Kinshasa en RDC, Dr Emile Chimusa Rugamika a obtenu son diplôme à l’AIMS en 2008. À l’AIMS, il a développé un vif intérêt pour l’étude de la diversité humaine et sa pertinence à la santé humaine. Après l’AIMS, il a obtenu son Doctorat en bioinformatique et biologie computationnelle à l’Université de Cape Town en Afrique du Sud.

Emile a été maître de conférences et tuteur à l’AIMS et a supervisé plusieurs étudiants de l’AIMS depuis l’obtention de son diplôme. En 2014, il est devenu le premier bénéficiaire de la petite subvention de recherche attribuée aux diplômés de l’AIMS (AASRG). L’AASRG soutient les diplômés de l’AIMS, rattachés aux centres AIMS, dans leurs travaux recherches appliquées. Il estime que l’AIMS lui a offert une énorme opportunité de continuer à renforcer ses capacités de chercheur indépendant dans son domaine.

« J’imagine que mon projet développera d’importants outils indispensables pour faire progresser la recherche génétique médicale au sein des populations en Afrique subsaharienne »

En tant que généticien mathématicien des populations, sa recherche s’est axée sur la génétique médicale de la population et les méthodes statistiques informatiques visant à cartographier les maladies complexes. Il a recours aux méthodes informatiques et statistiques pour comprendre à la fois l’architecture génétique et environnementale des maladies génétiques. Son intérêt réside dans les méthodologies d’étude visant à améliorer l’analyse de l’association génomique à grande échelle et les schémas de variation pan-génomiques au sein et entre les espèces. En ce moment il étudie des approches pour évaluer le caractère héréditaire des traits des maladies telles que la tuberculose et le VIH (énormes fardeaux en Afrique) à l’aide des données de séquences ADN à la fois des parents et des enfants, particulièrement chez les nouveau-nés. Cela comporte également l’analyse des variations dans les réactions aux médicaments/traitements en vue d’optimiser la prescription et l’utilisation des médicaments au sein de la population de l’Afrique subsaharienne. Une grande variété de disciplines notamment dans le domaine de la pharmacologie, de la biotechnologie, de la biologie informatique, des biostatistiques et des diagnostics bénéficieront également de cette recherche.

Leave a Reply